Design Sprint et Sprint Master : 

outils d'un environnement au rythme accéléré

Le Design Sprint est un paradigme de développement permettant de transformer une idée en une solution clef en main d'expérience utilisateur dans une fenêtre de temps très réduite : 5 jours.


Imaginée par des cadres de Google Ventures puis théorisée par Jake Knapp, cette méthode de résolution des principales problématiques liées au design est puissante. Elle est par ailleurs si puissante qu'elle se propage depuis sa création dans tout l'écosystème professionnel, en traversant les frontières et passant outre la barrière de la langue.


Supplantant par conséquent les méthodes classiques et chronophages d'établissement d'un cahier des charges, la spectaculaire compression du temps nécessaire à l'aboutissement d'un projet séduit à bien des égards.
Les raisons permettant un tel raccourci de l'idée au test d'une solution réside dans deux éléments clefs :

  • une formulation toute nouvelle des étapes (cadre conceptuel disruptif);
  • Des ponts jetés entre chacune d'entre elles en avant et en arrière.

Cette formulation innovante repose sur un schéma utilisant chronologiquement les principaux concepts suivants :


Rassemblement des informations;

Formulation des idées;

Conception d'un prototype;

Lancement de la production.


Le "sprint" réalisé par les collaborateurs d'un projet donné prend place à chaque phase, mais surtout (et c'est là l'un des éléments novateurs) dans le passage d'une phase à l'autre.

Force est alors de constater que Design Sprint et Sprint Master offrent des outils adaptés à notre environnement professionnel actuel, dont le rythme est accéléré.

Mais alors, comment s'articulent exactement ces phases et surtout comment se dessine le futur de cette nouvelle méthodologie ?

  • Rassemblement des informations;
  • Formulation des idées;
  • Conception d'un prototype;
  • Lancement de la production.

Le "sprint" réalisé par les collaborateurs d'un projet donné prend place à chaque phase, mais surtout (et c'est là l'un des éléments novateurs) dans le passage d'une phase à l'autre.

Force est alors de constater que Design Sprint et Sprint Master offrent des outils adaptés à notre environnement professionnel actuel, dont le rythme est accéléré.

Mais alors, comment s'articulent exactement ces phases et surtout comment se dessine le futur de cette nouvelle méthodologie ?

Design Sprint : un puissant paradigme de résolution de problèmes

Rappelant les situations des jeux de rôles sur plateau, le Design Sprint est un processus séquentiel. Chaque collaborateur campe un rôle et un maître du jeu raconte l'histoire d'une quête pour guider ceux-ci dans leur périple.


Le but de chacun est de briller le moment venu pour apporter une expertise qui lui est propre. En agglomérant les compétences individuelles, l'équipe sécurise son chemin vers la victoire. De nombreux éléments de "gamification" (perception ludique de la situation) se retrouvent donc dans le Design Sprint. Leur combinaison concourent à rendre accessible un objectif bien précis, objet de la quête.


La récompense en est une recette de production d'un design pertinent et efficace répondant le mieux possible à une problématique.

Les 5 étapes du Design Sprint original

Jour 1 : La problématique, tenants et aboutissants

Cette problématique, justement, est la première étape de l'aventure. Pour remporter le défi qu'elle pose, tous les participants sont invités à intervenir. C'est le jour 1.


Avant, pour démarrer un projet, il y avait le cahier des charges, mais ça, c'était avant. Les pertes de temps et d'énergie inhérentes à la création d'un cahier des charges idéal, inatteignable, ont rendu cette méthode obsolète.


De ce constat est né le Design Sprint. Cette nouvelle initiative aux méthodes agiles a cependant conservé le point de départ de la vieille conception : la formulation d'une question.


Le jour 1 consiste donc en :

  • Un partage des informations de chacun pour nourrir une connaissance collective;
  • Le début d'une réflexion sur cette base en mobilisant l'intelligence collective;
  • La formulation d'une question contenant en germes les éléments de réponse.

Jour 2 : Conception individuelle

Il s'agit ensuite de reconsidérer le problème au singulier. Une fois que chaque collaborateur a intégré les données dégagées par l'intelligence collective, la perception individuelle reprend le dessus. Les membres de l'équipe entrent alors séparément dans une phase d'exploration. La résolution de la problématique se présentera de fait sous autant d'angles qu'il y a de participants.

L'avantage de cette approche est la conjugaison des potentiels individuels et collectif.


En effet, la puissance des prémisses fixées par la communauté en amont s'allie à la créativité particulière de chacun pour obtenir des propositions souvent d'une grande diversité : un melting-pot créatif.


Durant cette étape, les réflexions individuelles, en vue d'être partagées, pourront prendre la forme :

  • De schémas organisationnels, conventionnés ou non;
  • De graphiques informationnels qualitatifs ou quantitatifs;
  • De descriptions imagées de forme libre (story-board, heuristiques, etc.).

Jour 3 : Resserrement de l'étau des alternatives

C'est durant cette étape qu'intervient la soumission à l'examen de l'intelligence collective des trouvailles individuelles. Il s'agit alors souvent de procéder par élimination et de déterminer la tendance émergente d'une solution créative validée collectivement.


Le jour 3 met en jeu de fortes compétences décisionnelles et offre donc un veto à certains profils de l'équipe. C'est un moment clef où le projet prendra une direction précise.


C'est en l'occurrence à ce moment de l'aventure que seront écartées :

  • Les solutions ne respectant pas les critères de faisabilité (budgétaire, temporelle ou technique);
  • Les solutions trop peu créatives (mode de pensée trop peu disruptif, trop conventionnel) ou trop avant-gardistes (bousculant l'équilibre de marché ou le public ciblé);
  • Les solutions non exclusives (variantes peu pertinentes d'une idée générale).

Jour 4 : La mise au monde par prototypage

C'est l'étape de l'aventure où la magie et les points d'expérience que les collaborateurs ont accumulé au cours des quêtes précédentes s'unissent. Par cette opération, l'embryon de solution prend du volume pour passer du statut de fœtus à celui de nouveau-né. Une première mouture actionnable du produit est créée : c'est le prototype.


Le jour 4 est vital pour le projet car il représente le fruit du travail accompli jusque là.


La puissance du Design Sprint prend alors tout son sens. En effet, l'ordre et la méthodologie du processus assurent la création d'un prototype très pertinent et efficace face à la problématique posée. La probabilité d'obtenir une solution inadéquate est donc très faible à cette étape de l'aventure.

Jour 5 : Le test du prototype

La nouvelle création doit pouvoir faire face au monde réel. C'est le moment d'exposer un échantillon du public visé au prototype en faisant tester celui-ci par des cobayes.


Le jour 5 sert donc principalement à ajuster la solution et à s'assurer de son optimisation dans la résolution de la problématique initiale.


Le projet est alors théoriquement prêt à passer en production à l'issue de cette quête finale.

Sprint Master et team : chef d'orchestre cherche équipe finement composée

Pour surmonter tous les obstacles qui se dressent sur la route des héros du Design Sprint, 

il faut un groupe bien pensé.

Une équipe équilibrée et performante

L'équipe doit conjuguer la faisabilité technique et financière à la créativité et son adéquation au profil de consommateur ciblé. Par conséquent, elle doit refléter le cocktail de compétences dont le projet a besoin. Les membres de l'expédition doivent donc présenter des profils tombant dans les catégories suivantes :

  • Créatifs;
  • Techniciens;
  • Experts métier;
  • Spécialistes marketing;
  • Décideurs.

La catégorie des créatifs rassemble les designers UX (User eXperience), les graphistes, les concepteur-rédacteurs et de manière générale tous les profils dont le cœur de métier est lié à l'imagination.


La catégorie des techniciens, quant elle, fédère des profils plus au fait des limitations des supports. S'ils doivent être également imaginatifs, les techniciens s'exprimeront plutôt avec des langages informatiques, des protocoles et des formats aux contraintes plus rigides que ce que permettent les éléments multimédias. Il s'agira d'ingénieurs réseau, de développeurs informatiques et autre limiers de la faisabilité.


Les experts métier interviennent lorsque la connaissance d'un domaine spécifique est requise. Ce serait par exemple le cas d'un projet s'adressant à une clientèle professionnelle possédant un langage verbal et pictural propre (codes couleurs, scenarii typique de navigation au sein d'un site, jargon, etc.).


La catégorie des spécialistes marketing pourra, quant à elle, déterminer, à partir de données diverses (alimentée par ailleurs par les experts métiers) un persona (profil type de la cible du produit). Cette information permet de donner une impulsion aux créatifs en leur offrant une lecture synthétique et actionnable du portrait type des consommateurs finaux.


Les décideurs, enfin, seront de l’acabit des managers, directeurs financiers, voire directeurs généraux. Leur rôle dans la réalisation du projet est capital et leur présence nécessaire pour aiguiller l'équipe sur un chemin praticable. Par ailleurs, la philosophie du Design Sprint étant basée sur le duo temps-pertinence, la présence de ces personnages-clefs est vitale du début à la fin du processus pour leur permettre une compréhension approfondie du projet. C'est cette intime compréhension qui mènera en effet au lancement sans délai et ultimement au succès du produit.

Un maître du jeu au profil particulier

Le Sprint Master présente un profil semblable à celui du Scrum Master dans les projets agiles de développement logiciel.

En ce sens, son rôle est de s'assurer que les intelligences individuelles fonctionnent au diapason et communiquent de la bonne façon aux bons moments.

La tâche la plus difficile du Sprint Master se situe en amont du processus et dans les premières étapes. C'est en effet durant cette période qu'il imprimera un rythme et une dynamique à l'équipe en imposant de manière plus ou moins subtile un cadre de travail productif. Les éléments qui permettront au Sprint Master de mener le projet à bien sont principalement : 

  • Une capacité à choisir, à réunir et engager les profils clefs;
  • Une capacité à créer des fenêtres de temps pertinentes et à encadrer les collaborateurs dans ces fenêtres sans brider leur créativité.

Aussi pour pouvoir rassembler ces deux qualités, ce facilitateur de projet sera souvent :

  • Capable de comprendre le vocabulaire incontournable de chaque spécialité intervenant;
  • Capable de faire preuve de bonnes qualités managériales et si possible d'un excellent leadership;
  • Reconnu professionnellement et socialement par ses pairs pour pouvoir utiliser son autorité de maître du jeu.

Évolution des techniques : le Design Sprint d'aujourd'hui et de demain

Initié par Google Ventures en 2015, pour des besoins internes, le Design Sprint est d'abord une pratique permettant d'optimiser les résultats en accord avec les contraintes budgétaires, temporelles et techniques.

Cependant, après sa théorisation, cette approche a poussé les portes du grand monde pour s'épanouir. Au fil des entreprises, elle a donc muté et évolué.


AJ&Smart propose par exemple une version plus courte (en 4 jours) du Sprint Design, arguant pouvoir ainsi compresser des mois de développement de projet en moins d'une semaine. La méthode semble effectivement faire ses preuves en répondant aux besoins de clients comme Lufthansa, Ebay, RedBull ou encore Zalando.


D'autres ont fait le pari d'une adaptation protéiforme, en évolution perpétuelle, capitalisant sur une vision de recherche et développement. C'est le cas, notamment, de la Design Sprint School, proposant des bootcamps dont les fruits ont été récoltés par les équipes de Cisco, Apple, Pinterest ou encore Microsoft.


Le Design Sprint, cumulant ainsi des version 2.0, 3.0 et X.0 à venir, est aujourd'hui à l'image du monde auquel il s'adresse : un processus en pleine accélération.

Best seller "Design Sprint" SOLVE BIG PROBLEMS AND TEST NEW IDEAS IN JUST FIVE DAYS by Jake Knapp John Zeratsky and Braden Kowitz

WiScale France et le Design Sprint

WiScale propose la version 2.0 du Design Sprint actualisée par AJ&Smart et semi-officialisée par Jake Knapp.

WiScale France utilise la version actualisée par l'agence Berlinoise AJ&Smart fondée par Jonathan Courtney du Design Sprint. Il s'agit de la version 2.0 semi-officialisé par Jake Knapp, le créateur du Design Sprint.

Nous serions ravis de vous aider grâce a cette recette vous permettant de tester vos idées en 4 jours seulement !


Oui, vous avez bien lu, la version 2.0 du Design Sprint d'AJ&Smart ne nécessite que 4 jours pour passer de la phase de définition du problème à la phase de test auprès des utilisateurs finaux.

Certification de passage Design Sprint 2.0 d' AJ&Smart (Jonathan Courtney / Jake Knapp)

Publié le :

Julien

Suivez nous maintenant sur les réseaux sociaux ici :